Contenu | Menu | Recherche

Au commencement l'univers fut créé. Et puis on a commencé à recenser les JDR...

Designers & Dragons '70-'79

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple ou rigide de 390 pages format A5.

Description

Sous-titré A history of the roleplaying game industry, Designers & Dragons est une série en quatre volumes racontant l’histoire du jeu de rôle, en se focalisant sur les hauts et les bas des éditeurs. Fruit de 10 ans de recherches, chaque volume décrit une décennie, depuis les années 1970.

Ce premier volume court de 1970 à 1979, bien qu’il analyse des faits, selon la longévité des éditeurs et de leurs publications, bien au-delà ; par exemple l’histoire de Games Workshop, toujours en activité, est brièvement examinée jusqu’en 2004.

Après une page de titre et une page de crédits, viennent un sommaire détaillé (4 pages), une préface de Greg Stafford puis un avant-propos de l’auteur (4 pages).

Les chapitres qui suivent sont enrichis de précisions sur les éventuels croisements et destins entre les jeux et les éditeurs, puisque le développement des jeux de rôle est faite de rencontres, de fusions et de conflits.

Le premier et le plus imposant chapitre s’attarde longuement sur l’éditeur fondateur du genre avec Dungeons & Dragons : Tactical Studies Rules, ou TSR, de 1973 à 1997 (107 pages).

Suivent les éditeurs suivants, et leurs jeux phares :

  • Flying Buffalo (1970 à aujourd’hui) et Tunnel & Trolls, le premier jeu inspiré de D&D (19 pages)
  • Games Workshop, de 1975 à aujourd’hui (22 pages), avant qu’ils ne deviennent un éditeur de jeux de figurines célèbre, a débuté par un modeste magazine sur le jeu de rôle en Angleterre, White Dwarf… avant de créer un univers célèbre : Warhammer.
  • GDW, de 1973 à 1996,  (28 pages) célèbre pour avoir publié un jeu de science-fiction spatiale, Traveller. Même s’il n’était pas le premier, il a su rapidemment conquérir le public.
  • Judges Guild, de 1976 à 1983, (27 pages) puis de 1999 à aujourd’hui, publié des suppléments originaux pour D&D très tôt, notamment le cadre de campagne “bac à sable” City-State of the Invicible Overlord.
  • Metagaming Concepts (17 pages), de 1975 à 1983, qui publia The Fantasy Trip, des règles alternatives à D&D. L’histoire de Metagaming se termine par le départ de son auteur devant les tribunaux, Steve Jackson, qui fondera plus tard l’éditeur éponyme de GURPS.
  • Fantasy Games Unlimited (19 pages) de 1975 à 1991, célèbre pour son curieux jeu où l’on incarne des lapins intelligents : Bunnies & Burrows, mais surtout pour Chivalry & Sorcery, ou encore Villains & Vigilantes, un des premiers jeux de super-héros.
  • Chaosium, (35 pages) de 1975 à aujourd’hui a marqué l’édition du jeu de rôle en publiant coup sur coup RuneQuest, L’Appel de Cthulhu, ou encore Stormbringer et son système à base de pourcentages.
  • Gamescience (22 pages) de 1965 à 1969, puis de 1974 à aujourd’hui. Gamescience et son fondateur, Louis Zocchi, est crucial pour l’industrie du jeu de rôle puisqu’il importera et fabriquera les fameux dés polyhédriques, jusqu’au dé à cent faces. Citons encore Empire of the Petal Throne, qui marquera pour son univers de science-fantasy étonnant.
  • Heritage Models (11 pages) de 1974 à 1983, petite maison d’édition de wargames, mais connue pour avoir publié le premier jeu sous licence de l’histoire du JdR : Star Strek !
  • Grimoire Games (17 pages) de 1979 à 1984 puis de 1993 à nos jours. Le monde de science-fantasy d’Arduin est leur produit phare, un monde conçu autour d’une longue campagne de D&D, et de nombreuses règles “maison” (des classes et des races supplémentaires, par exemple) que l’auteur a ensuite publié avec grand succès.
  • DayStar West Media (4 pages), de 1979 à 1982 fondé par Tracy et Laura Hickman furent repérés par TSR grâce à leurs aventures de qualité pour D&D. Bien que DayStar fera banqueroute à cause d’une sombre histoire de fraude, le couple sera ensuite embauché par TSR et deviendra célèbre pour Ravenloft ou encore Dragonlance.
  • Midkemia Press (10 pages), de 1979 à 1983 connu d’abord le succès avec le supplément Cities, fait pour générer des aventures et des rencontres intéressantes dans des villes médiévales-fantastiques. Il sera réédité pour RuneQuest, mais son fondateur Raymond Feist connaîtra un plus grand succès en portant sa campagne de D&D en romans, avec le cycle de la Guerre de la Faille.

Le livre offre également des appendices :

  • Appendix I : 10 Things You Might Not Know About Roleplying in the 70’ (9 pages) explique dix choses peu connues sur le JdR dans ces années là, comme le fait que l’influence de la science-fantasy ait été forte ou que les éditeurs ne savaient pas vraiment quoi publier.
  • Appendix II : Bibliography & Thanks (4 pages) livre une large bibliographie.

Un Index très détaillé (26 pages) termine le livre, ainsi que 4 pages de publicité pour Fate.

Cette fiche a été rédigée le 13 novembre 2016.  Dernière mise à jour le 20 décembre 2016.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.