Contenu | Menu | Recherche

Globalement inoffensif

Northwest Passage

.

Références

  • Gamme : Cyberpunk
  • Sous-gamme : Cyberpunk 2020
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Atlas Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1995
  • EAN/ISBN : 1-887801-44-8
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 64 pages.

Description

Ce scénario verra les personnages embauchés pour mener une opération sensible en Alaska pour le compte d'une corporation. Des règles additionnelles sont fournies pour gérer les petits détails de l'environnement arctique : hypothermie, cécité des neiges, effets du froid sur la cybernétique, et véhicules des neiges.

Les personnages doivent se faire passer pour une équipe d'inspection et voler des données sensibles sur une plateforme pétrolière appartenant à UEC. Si l'opération a l'air simple au départ, c'est bien évidemment qu'il y a anguille sous roche. Leur commanditaire se fait passer pour un agent d'Orbital Air mais est en fait un employé d'UEC traitant avec Petrochem. Ces derniers veulent avoir accès à une liste d'actionnaire pour effectuer un mise sous contrôle discrète de la société profitant du week-end férié de Thanksgiving. Pour pimenter le tout, le traître en question compte bien exploiter les PJ pour provoquer des perturbations et faire monter l'action UEC afin d'augmenter ses bénéfices. Une fiche descriptive concernant UEC est fournie ainsi qu'un plan de l'Alaska, avec quelques informations générales sur cette région qui risque de dépayser des punks habitués à la chaleur moite de Night City.

L'aventure se décompose en cinq chapitres qui contiennent les plans des lieux visités pendant leur périple vers la station de Laputa. Une fois leur mission accomplie, ils se feront doubler par leur commanditaire qui veut faire croire de par l'agitation générée qu'un gros gisement pétrolifère a été découvert et qu'on se bat pour y avoir accès, faisant grimper en flèche les actions UEC. Les PJ survivront sans doute au crash de leur avion, mais ce ne sera que le début d'une longue chasse à l'homme dont ils seront les proies. La région est propice aux dangers, qu'ils soient naturels ou humains, et les PJ auront plus d'une fois l'occasion de tomber dans des traquenards ou de se faire capturer pas la garde nationale.

Le livre se termine sur des annexes : 5 pages de règles supplémentaires (nombreux véhicules, gestion de l'hypothermie, etc.), ouvrages de référence, indices à photocopier, biographies des auteurs et de l'illustrateur ainsi que leurs "fiches de personnage".

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 4 avril 2013.

Critiques

Coredump  

Tiens, un scénario récent de chez AG. Un peu plus volumineux que ses prédécesseurs et plutôt honnête dans sa présentation, voilà de quoi surprendre. Bon, ne comptez pas sur de magnifiques illustrations : les photos sont pixellisées et les plans très schématiques mais les portraits se défendent. En y regardant de plus prêt, c'est un scénario magouille / action assez classique, mais se déroulant en Alaska, ce qui le rend original. Par contre, les PJ se font "une fois de plus" doubler par leur commanditaire. Ca devient le plus gros cliché des scénarios Cyberpunk.

La documentation du scénario est inhabituellement importante selon les critères d'AG, et des plans, ainsi que des renseignements géographiques et personnels sur les PNJs sont fournis. Une preuve que que si AG s'était donné la peine, ils n'auraient pu faire mieux que toutes les "crasses" sorties chez eux pour CP2020.

The King  

Le sujet est doublement original : il se déroule dans la partie en Alaska et implique une opération financière louche de la part de l’employeur des PJ qui espère arnaquer tout le monde : son ex-employeur, son futur employeur et les PJ.
En lui-même, le scénario est assez dirigiste, mais l’environnement hostile va demander beaucoup de sagacité de la part des PJ qui vont se retrouver avec des informations qui feront d’eux des cibles lors d’une grande chasse à l’homme en pleine toundra, où le froid sera un adversaire aussi mortel que leurs adversaires.
De plus, l’aventure a aussi le caractère d’un contre la montre : les PJ ont 3 jours, c’est-à-dire un week-end prolongé, pour gérer la situation et empêcher d’être considérés comme des terroristes, d’une part, et leur employeur de parvenir à ses fins, d’autre part.
Cela mériterait un bon 4 si le comportement grotesque de certains PNJ n’avait pas une aussi grande importance pour la conclusion du scénario.

Critique écrite en août 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques